La clavicule : fracture et disjonction

Parmi les multiples lésions causant des douleurs vives à l’épaule, certaines concernent la clavicule. Cet os long, qui relie l’épaule au thorax, est particulièrement exposé en raison de sa finesse et du fait qu’il affleure sous la peau. Les fractures de la clavicule sont rarement graves, tout comme les entorses de l’articulation qu’elle forme avec l’extrémité de l’omoplate (articulation acromion-claviculaire).

Anatomie et particularités de la clavicule

La clavicule est un os joignant l’épaule (omoplate) au thorax (sternum). Son nom signifie « petite clé », par référence à sa forme allongée et recourbée. La clavicule est rattachée d’un côté à l’os du sternum et de l’autre à l’acromion, l’une des extrémités de l’omoplate. La clavicule et l’acromion forment l’articulation acromio-claviculaire.

La clavicule est particulièrement sensible aux chocs violents sur l’épaule ou le bras. En effet, cet os est assez fragile et il n’est pas protégé par une masse musculaire (vous pouvez facilement palper et même pincer vos clavicules).

Fracture et disjonction de la clavicule

Deux grands types de lésions claviculaires sont constatés : les fractures et les disjonctions, appelées aussi entorses ou luxations dans les cas les plus graves.

  • La fracture de la clavicule : elle fait partie des urgences orthopédiques relativement fréquentes (1 sur 20). Elle peut se produire à tout âge, mais concerne particulièrement l’enfant et le jeune adulte. Le plus souvent, l’os se brise lors d’une chute sur l’épaule ou bien, de manière indirecte, lors d’un choc violent sur le coude ou la main, le bras tendu. Un nouveau-né sur 10 000 est également concerné par cette fracture, à l’occasion d’un accouchement difficile.
  • La disjonction de la clavicule : elle est provoquée par la lésion de ligaments à cause d’un choc ou d’une chute. Les ligaments lésés sont ceux de l’articulation qui met en jeu la clavicule et l’omoplate (l’acromio-claviculaire : on parle de disjonction ou entorse acromio-claviculaire). La gravité du traumatisme dépend des contraintes subies par les ligaments, simplement étirés ou bien déchirés. Et lorsque l’articulation est complètement déboîtée, on parle de luxation.

Si la fracture de la clavicule se voit généralement assez bien sur les clichés radiographiques et les scanners, il est parfois plus difficile de déterminer le niveau de gravité de la disjonction acromio-claviculaire et de toutes les lésions collatérales impliquées.

Les traitements non chirurgicaux des lésions de la clavicule

La majorité des fractures de la clavicule, qui ont lieu au milieu de l’os, ne nécessitent pas d’intervention chirurgicale. Le bras est immobilisé en écharpe pendant plusieurs semaines. Des médicaments antidouleurs associés à des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits. Des radiographies sont régulièrement prises pour constater la bonne évolution de la consolidation, qui dure entre un mois et un mois et demi. Il faut attendre au moins six mois pour récupérer complètement.

De même, dans les cas les moins graves de disjonction acromio-claviculaire, une simple immobilisation pendant plusieurs semaines permet aux ligaments de se réparer et à l’articulation de se remettre en place.

En revanche, dans les cas plus sérieux, ou lorsque la consolidation d’une fracture ne s’est pas faite correctement, une intervention chirurgicale doit être envisagée.

Des questions à propos de la fracture ou de la disjonction de la clavicule ?

Si vous pensez présenter certains des symptômes décrits dans cet article, consultez votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous orienter vers un chirurgien de la main.

Vous pouvez également prendre directement rendez-vous avec le docteur Bertrand Bauer.

Découvrez d'autres articles sur le sujet

Les ténosynovites

En effectuant certains gestes courants de la main ou du bras, vous ressentez des douleurs qui s’accompagnent d’une grosseur localisée, voire d’un léger bruit de crépitement ? Vos mouvements semblent…