Les ténosynovites

En effectuant certains gestes courants de la main ou du bras, vous ressentez des douleurs qui s’accompagnent d’une grosseur localisée, voire d’un léger bruit de crépitement ? Vos mouvements semblent moins fluides ? De tels symptômes caractérisent les ténosynovites. Il s’agit d’atteintes des articulations avec irritation des tendons (ou tendinite). Les formes les plus courantes de ténosynovites sont le doigt « à ressaut », l’épicondilyte au niveau du coude, et la maladie de De Quervain, qui concerne le poignet.

Reliant les muscles aux os, les tendons sont indispensables aux mouvements. Un peu à la manière des câbles de frein d’un vélo, certains coulissent à l’intérieur d’un tube, la gaine synoviale. Cette gaine contient un liquide lubrifiant, la synovie.

Des câbles qui ne coulissent plus correctement

Les gestes répétitifs favorisent l’inflammation du tendon et de la gaine synoviale. Cela provoque l’épaississement de la synovie : une ténosynovite se déclare. Ce trouble musculo-squelettique (TMS) peut rapidement devenir quotidien et handicapant.

Lors d’une ténosynovite, le tendon se trouve « à l’étroit » dans sa gaine et son coulissement devient difficile : cela occasionne des frottements accompagnés d’une sorte de crépitement. Les gestes deviennent moins fluides et sont douloureux. La zone touchée peut enfler, rougir, ou devenir le siège d’une sensation de chaleur. Des nodules sont détectés à la palpation et peuvent même être visibles.

Les causes des ténosynovites

Généralement provoquée par la sollicitation excessive d’une articulation, la ténosynovite est susceptible d’atteindre toute personne exerçant des gestes répétitifs de la main, du poignet, du bras ou de l’épaule.

Sportifs et musiciens sont fréquemment concernés, mais aussi des ouvriers, des artisans, des personnes travaillant sur ordinateur. En effet, des mauvaises postures prolongées, des vibrations ou encore la manipulation de charges lourdes peuvent être aussi en cause. Les microtraumatismes qu’elles provoquent finissent par devenir handicapants.

Les ténosynovites du membre supérieur

Tout tendon inséré dans une gaine synoviale est susceptible d’être atteint de ténosynovite. Toutefois, en ce qui concerne le membre supérieur, trois formes sont plus fréquentes :

  • L’épicondilyte : connue des joueurs de tennis sous le nom de tennis-elbow, cette ténosynovite atteint l’articulation du coude. Elle concerne aussi d’autres sportifs (golfeurs, avironneurs…) et tous ceux qui sollicitent de manière excessive l’articulation du coude dans le cadre de leur activité professionnelle.
  • La maladie de De Quervain concerne deux tendons extenseurs du pouce, au niveau du poignet. Généralement causée par un choc ou par un mouvement inhabituel du poignet, elle est entretenue par la répétition des mêmes gestes. Le tendon enflammé se retrouve à l’étroit, comprimé dans la gaine tendineuse (on parle aussi de « poulie »). Au fil du temps, un nodule douloureux se forme et devient bien visible.
  • Le « doigt à ressaut » ou « doigt à ressort » désigne le blocage d’un doigt dans son mouvement, avec un ressaut douloureux, comme un ressort coincé qui se détend brusquement. Le ressaut est la conséquence du blocage du tendon dans sa poulie. Cette ténosynovite concerne les tendons fléchisseurs. Le blocage du doigt peut devenir permanent, en flexion ou en extension.

Soigner les ténosynovites

Avant tout traitement, médical ou chirurgical, il est important de prendre conscience au plus tôt des gestes ou positions à l’origine de l’inflammation. Afin d’éviter l’aggravation des symptômes, l’idéal consiste à solliciter le moins possible les articulations concernées, à limiter les mouvements répétitifs, en variant les gestes et positions, en optimisant l’ergonomie de son poste de travail…

Il existe plusieurs traitements non-chirurgicaux des ténosynovites :

  • compresses anti-inflammatoires pour réduire l’inflammation et soulager la douleur,
  • mise au repos de la région concernée (avec une attelle),
  • massages effectués par un kinésithérapeute,
  • médicaments : antalgiques (contre la douleur), anti-inflammatoires (p. ex. corticoïdes administrés par infiltration).

Néanmoins, si ces traitements ne s’avèrent pas efficaces, il faudra envisager une opération chirurgicale.

Des questions à propos des ténosynovites ?

Si vous pensez présenter l’un ou l’autre des symptômes décrits ici (gestes difficiles et douloureux de la main ou du bras, crépitements), n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous orienter vers un chirurgien de la main et du membre supérieur.

Vous pouvez également prendre rendez-vous avec le docteur Bertrand Bauer.

Découvrez d'autres articles sur le sujet